Les couches lavables

Quand j'étais enceinte, pas loin du terme, il m'a fallu réfléchir au nécessaire à avoir pour l'arrivée du mollusque.
Sur ce mode baleine, et à peu près fauchée (ce que je suis toujours), je me dis alors :
"Vais je vraiment dépenser, chaque mois, ma fortune dans un truc qui finira plein de pisse et de merde et que je devrais jeter à la poubelle ?"
Nein.

Et puis, faut pas oublier qu'à l'époque, j'ai déjà une petite conscience environnementale. Petite, certes, mais bel et bien présente. Et imaginer qu'un camion de déchets remplirait une décharge de mes couches (enfin, de celles du mollusque, ne nous y trompons pas), ben ça m'enchantait pas des masses.
Me voilà donc partie, telle Dorothy, sur la route de briques jaunes du monde fantastique et merveilleux des couches lavables.

Chapitre 1 : Comprendre 

Alors je me documente, je vais sur des sites, je lis des avis ... je n'y comprends rien. On me parle de couche, de sur-couche, d'insert, de culotte de protection, de feuillets, de voiles polaires, TE1, TE2 ... STOP ! C'est marqué où qu'il fallait un BAC+5 pour avoir des couches lavables ?!
Jeune maman, jeune papa : si tu veux te lancer dans cette formidable aventure, sache que tu vas passer quelques soirées à tenter de comprendre les différents modèles de couches.
Oui parce qu'on en est encore QUE là.

La couche lavable la plus répandue est la couche lavable dite "classique". Elle se compose d'une couche absorbante, à laquelle tu peux ajouter du tissu supplémentaire, dit "insert". Ils sont généralement en bambou ou en chanvre, et ont la particularité de bien absorber.
Mais si tu veux que ça ne fuite pas, ce qui est un peu le principe d'une couche, tu dois ajouter à ça une culotte de protection imperméable, qui, telle Gandalf, empêchera les matières de passer.




Chapitre 2 : Choisir

Autant vous le dire tout de suite : je-suis-une-grosse-feignasse. L'idée de laver les couches ne me rebute absolument pas, par contre, l'idée de devoir les assembler, un peu comme un Lego, avant de pouvoir  y fourrer le mollusque ... ouais, ça, ça me gave.
Et c'est exactement ce que me dis ma copine Sarah quand elle me parle des couches lavables classiques. Elle a essayé. C'est l'horreur : "Non mais en débauchant à 19h, mon p'tit, tu te vois te taper tes 45 minutes de marche à pieds, rentrer chez toi et construire ta couche, en plus de la bouffe, du rangement, de la préparation du lendemain et du reste ?"
Nein.
Et puis, le mollusque aura une nounou. Faut bien que quelqu'un s'occupe de mon drôle pendant que je passe ma journée à m'occuper de ceux des autres. Et la nounou, ça risque de pas la faire marrer longtemps, le jeu de l'assemblage de la couche.
Les couches lavables "classiques", donc, pas fait pour moi. Du tout. Il me faut du simple et pratique ; genre un truc qui ressemble à une couche jetable, MAIS en lavable.
Tu vas me dire que ça existe pas ? Mais si !
Ca s'appelle la TE1 (comme Tout En 1)



Ca se présente exactement comme une couche lavable, sauf que c'est en tissu. L'insert est cousu dedans, ainsi que la culotte de protection ce qui fait que tu n'as pas l'assemblage à faire, et qu'elles sont toutes prêtes à l'emploi.



Avec l'Homme, on se décide finalement pour ça. On cherche un peu les marques, on lit différents avis, et on finit par commander un lot d'environ 40 couches, ainsi que quelques inserts (à rajouter si gros pipis), un seau pour les stocker quand elles sont sales, et des feuillets de protection (on avait lu que c'était indispensable pour les cacas, mais en fait, ça nous a servi à rien, et on l'a utilisé comme PQ...)
Alors 40, c'est beaucoup, on fait. A l'époque, j'avais très peur de ne pas avoir assez et d'être esclave des machines. mais en fait, je tourne avec 20, facile.
Détail : je-suis-un-peu-radine. Et vu le prix du lot de couches, je n'avais pas envie de devoir en racheter lorsque le mollusque grandirait. J'ai donc pris une taille unique. En gros, par un astucieux système de pressions, tu peux passer d'une couche pour nouveau né à une couche pour bambin, jusqu'à 15 kilos (actuellement le mollusque en fait 13 et demi, et il est toujours bien dedans)

Chapitre 3 : Tester

Non, le parcours de la couche lavable n'est pas forcément un long fleuve tranquille, car il te faudra comprendre, connaitre et apprivoiser ta couche !
Je m'étais préparée à à peu près tout, car ma mère trouvait ce système complètement barbare et archaïque. Elle n'a pas arrêté de me seriner sur j'étais anti progrès, que mon mollusque allait avoir des fuites, que ça allait sentir mauvais, qu'il aurait des problèmes de peau, que les communistes envahiraient l'Europe, bref ... à peu près tout et n'importe quoi.
Mais comme je suis têtue, ben je l'ai pas écoutée. Et même quand j'ai rencontré mes premiers déboires, j'ai tenu bon, juste pour lui prouver qu'elle avait tort.
Ce qu'on peut faire, parfois, par esprit de contradiction ...

Franchement, de la naissance à environ 3 mois, tout s'est très bien passé. Fils était changé 6 à 7 fois par jour, soit la même fréquence qu'avec les couches jetables. La nuit, ça se passait bien aussi, je n'avais pas de fuites au matin, sauf une ou deux fois où il s'était endormi tôt et où je n'avais pas eu le coeur de le réveiller pour le changer.
De temps en temps, il a de très légères fuites, toujours au même endroit, au niveau de la couture du body.
Je finis par comprendre que c'est parce que le body serre trop la couche, et que du coup ça fuit par les côtés. Le premier truc à faire, c'est de desserrer les pressions, pour que la couche ne soit pas comprimée. Et surtout, avoir des bodys plus grands. 
En fait, Fils grandit vite. Très vite. Et dès que ces fuites apparaissent, c'est qu'il est temps de changer de taille de fringues. A 1mois, il fait du 6 mois, et à 2 mois du 9...

Chapitre 4 : laver

Pour le lavage, je trouve assez vite mon rythme. Au début, j'essaie de les laver en même temps que le linge, mais ce n'est pas génial. Progressivement, je trouve un système qui me convient : je les rince en machine, puis je lance le cycle avec la lessive (cycle long 40°).
Attention, toutes les lessives ne sont pas bonnes, car certaines encrassent les couches. Au début, je les lavais avec les berlingots Ariel, mais j'étais septique, elles ressortaient comme avec de l'assouplissant, ce qui n'est pas bon. L'assouplissant est à éviter à tout prix avec les couches lavables.
J'ai essayé la lessive U écologique, aussi, mais avec pour résultat que Fils développe une réaction épidermique catastrophique. En demandant à l'allergologue, celui ci m'a répondu que quand les lessives écologiques industrielles, il y avait très souvent des pollens, ce qui engendre des réactions allergiques.
Au final, j'ai acheté de la lessive Potion, une lessive écologique sans enzyme, et c'est la seule qui m'ait vraiment satisfaite. Je l'utilise encore aujourd'hui malgré notre passage au zéro déchet, car la lessive maison à base de savon de Marseille encrasse les couches (à cause de la glycérine contenue dans le savon).




Chapitre 5 : Déboires ... et solutions

C'est à partir du 3° mois que les choses se gâtent. Fils à de grosses fuites, mais uniquement la nuit. Il fait déjà de longues nuits : la dernière tétée est à 19h/20h, jusqu'au lendemain, 5h/6h. Mes couches TE1 ne tiennent pas, et c'est assez normal : ce genre de couche est très fine, et pas adaptée aux longues nuits. En attendant de trouver une solution, j'achète donc des couches jetables, uniquement pour la nuit.
Je me dis que j'ai trouvé un rythme de croisière : couches lavables le jour, couche jetable la nuit. J'essaie de les pendre écologiques, quand j'en trouve, et je me dis qu'une vilaine couche par jour, ça ne devrait pas trouer mon budget, ni la planète.
Mais, au 4° mois, tout est chamboulé : les fuites reviennent en journée, et vraiment très conséquentes. La couche tient à peine 15 minutes avant d'être trempée. Horreur et damnation. La nounou, embarrassée, me demande deux rechanges supplémentaires par jour. Je ne pige pas où est le problème.
Je finis par contacter le site où je les ai achetée afin de comprendre si mes couches n'ont pas de défaut de fabrication, car je n'ai lu nulle part que cette marque avait ce genre de problème.
La dame au téléphone me dit : "Effectivement, ce n'est pas normal. Vous mettez du Bepanthen à vore bébé ?"
Nein.
- Vous le changez avec du lait ?
- Nein. Du liniment.
- Ah, ben cherchez pas. Vos couches sont encrassées.
(Ah ben merde alors ! C'est vrai que le liniment, c'est fait à base d'huile. Et l'huile, en fait, ça encrasse, c'est à dire que ça rend les couches moins absorbantes)
- Bon ben , je fais comment ?
- Vous faites un décrassage : laissez les tremper dans un peu de liquide vaisselle, puis lavez les normalement.
- OK ...

Ce que je fait. Effectivement, mes couches redeviennent comme neuves ! Youpi !
Attention, à ne pas faire trop souvent, ça pas génial pour le tissu. Les sites spécialisés conseillent tous les 3 mois ... mais mon dernier décrassage remonte à novembre dernier.
Si j'ai bien utilisé le liquide vaisselle pour mes deux premiers décrassages, je ne m'en sers plus désormais, car je n'en ai plus. Pour décrasser, je mets simplement deux petits verres de cristaux de soude dans la machine, à la place de la lessive, ainsi qu'un verre de vinaigre blanc, avant de laver à 60°.

Ce problème de fuite s'est donc résolu de lui même, une fois que j'ai vraiment compris comment entretenir les couches. J'ai arrêté aussi de nettoyer Fils avec du liniment, et je suis passé à l'eau nettoyante (que j'ai faite moi même une fois que je me suis rendue compte du prix qu'ils la vendent en pharmacie). De 4 mois à aujourd'hui (2 ans), nous n'avons plus eu aucun problème avec nos couches. En revanche, je précise qu'au fur et à mesure que Fils a grandi, ses pipis ont grandi aussi ... par précaution, je mets donc toujours un insert supplémentaire dans la couche.


Chapitre 6 : et la nuit ?

Comme je vous l'avais dit, j'étais retournée au couches jetables pour la nuit. Et, très franchement, ça a duré un certain temps, précisément jusqu'en avril dernier. Auparavant, j'étais assez satisfaite de cette solution ; ça ne trouait pas mon budget, et c'était, somme toute, relativement pratique, même si, avec ça aussi, j'avais des méga fuites au matin.
Mais, avec notre passage au zéro déchet, je me suis mise à reconsidérer cette pratique. Le simple fait d'avoir une couche par jour dans ma poubelle m'était devenu intolérable. Je me suis donc mise en quête d'une couche lavable de nuit.
Et pour la nuit, je me suis assez vite rendue compte que la seule bonne couche qui soit, c'est la couche lavable classique.



"Hey, mais c'est pas toi qui disait qu'il était hors de question que tu prennes des couches classiques parce que t'as la flemme de les assembler ?"

Ben si, carrément. Quand tu regardes la photo, t'as l'impression de devoir te farcir un puzzle de 1000 pièces. Mais en fait, c'est pas compliqué du tout. Et quand t'en as qu'une à faire juste pour la nuit, c'est tout à fait gérable (même quand t'es rentrée à 19h).
En fait, de gauche à droite : tu mets un ou deux inserts dans la grosse couche blanche, que tu mets ensuite dans la grosse culotte orange.
Non, les inserts ne bougeront pas, il y a une poche spéciale dans laquelle les glisser.
Aucun problème de fuite avec cette couche. La culotte, style boxer, fait une barrière efficace, même si le mollusque bouge beaucoup. Par contre, attention à l'odeur le matin : après 12h de sommeil, ça pique le nez !
Il faut savoir aussi que ce genre de couche fait un cucul énorme, mais pour ma part, je m'en fiche un peu. L'été, je le couche seulement avec ça, et l'hiver, je lui mettrai un pantalon de pyjama plus grand.

Et voilà ! C'était un peu long, merci de m'avoir lue jusqu'au bout. J'espère que je vous aurais donné envie d'essayer les couches lavables. Au final, il suffit de bien savoir ce qu'on veut au départ, et d'un peu de patience. Et surtout, de ne pas baisser les bras devant une difficulté.

Si vous souhaitez me faire part de vos impressions, si vous avez essayé vous aussi les couches lavables, ou si vous avez simplement des questions, n'hésitez pas à me laisser un commentaire.

3 commentaires:

  1. Si j'avais su pour le coup du décrassage j'aurais peut être persévéré c'est bête! Maintenant l'époque couche est quasi finie (reste les nuits...) c'est une page qui se tourne! En tout cas bravo pour ton passage au ZD! Moi j'en suis encore très loin mais ce qui est sûr c'est que Béa a changer mon mode de vie!
    Et tes cheveux comment se portent ils?
    Bise et bravo pour ton blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir. Merci pour ton commentaire.
      C'est vrai qu'on est rarement bien informé quand on se lance dans les couches. On apprend petit à petit, mais il ne fait pas se décourager. Moi aussi je suis proche de la fin, Fils n'en met plus que pour la sieste et la nuit. Du coup, j'ai gardé seulement une dizaine de couches ainsi les couches de nuit ; les autres sont décrassées et rangées, elles serviront pour le prochain.
      Mais cheveux se portent bien, mais j'ai hâte de les mouiller ! Je ferai un article bientôt.
      Merci encore, bises.

      Supprimer
  2. Je viens de tomber sur ton blog, et comme je suis presque à terme (accouchement prévue le 31/12)!! Je me renseigne sur les couches lavables. Oui car au début je voulais puis après j’ai vu la complexité de la chose (TE1 te2 insert...) ça fait peur. Du coup pour "compenser" j'ai acheté des couches écologiques. Mais les couches lavables me trotte encore dans la tête. Alors merci beaucoup pour ton article c'est déjà un peu plus clair même si je crois que je vais relire lol . Mais je suis convaincu donc je vais voir pour en acheter. Bonne journée. Kelly V.

    RépondreSupprimer