In real life : l'armoire à pharmacie

C'est une question qui revient souvent quand je parle de notre mode de vie zéro déchet : comment faisons nous, avec un enfant en bas âge, pour la gestion de la pharmacie. Suis je de ces mères qui refusent de soigner leur enfant, comme dans certaines sectes ? Laisserais-je mon petit, malade, privé des bienfaits essentiels de la science ?
Alors non, je ne vis par au XV° siècle, et Fils a honoré tous ses rendez vous chez le médecin, depuis sa naissance. Les comptes rendus sont même adressés à la CAF, preuve que j'agis en mère responsable (LOL)
Quand il a fallu, il y a deux ans, il à même été hospitalisé pour une bronchiolite. Je me suis mis à dos tout le personnel de l'hôpital parce que je refusait qu'ils leur donnent du lait en poudre, mais j'y suis allée quand même (et j'ai même réussi à continuer mon allaitement, au diable les infirmières revêches)
Il est même ... même ! vacciné ! si si.
Pourtant je suis pas fan des vaccins, et on pourrait en débattre longtemps. Mais voilà, Fils est vacciné, essentiellement parce qu'il va en collectivité, et que certains vaccins sont obligatoires, sinon tu es refoulé à l'entrée sans discussion possible.

Malgré tout, je suis et demeure farouchement opposée à la médication systématique, et ce depuis bien longtemps avant d'adopter un mode voue zéro déchet. Déjà, à la maternité, je m'étais obstinée contre les sages femmes qui voulaient que je reparte de là avec une ordonnance longue comme le bras, et que je n'oublie surtout pas de donner les précieuses vitamines K, D, et j'en passe ... parce que sinon, qui sait ce qui pourrait se produire ? J'ai beau avoir accouché d'un bébé en bonne santé, il est certain qu'il ne se développera pas normalement si je me contente de l'allaiter ? Si je ne l'abreuve pas en plus de médocs, je serais forcément une mauvaise mère, voyez ?
Ben j'assume.
Je suis intimement convaincue qu'avec une alimentation saine, simple, une hygiène de vie saine et simple, on couvre ses besoins vitaux et on peut se prévenir de nombreuses maladies.
C'est pourquoi, hormis pour Fils, ma dernière visite chez le médecin remonte à l'année dernière, et c'était pour un blocage des reins (j'avais mal dormi). Pour l'homme, c'est pareil, sa dernière visite doit remonter peu ou prou à la même période, encore que lui, il profite souvent de faire un check up quand on y va pour Fils (l'homme est inquiet).
En fait, depuis que nous sommes passés zéro déchet, aucun de nous n'a été malade, hormis un léger rhume il y a quinze jours, lors de la rentrée. Nous ne dépensons donc plus notre oseille dans les pharmacies.

Nous avons, malgré tout, bien planquée dans le buffet de la salle à manger, dans une vieille caisse de Porto, une petite "armoire" à pharmacie.

Ouh, je frémis rien à voir son contenu ! Tu le comprendras, cette armoire sert surtout à Fils et au chat. Fils y possède un vieux Doliprane, un mouche bébé et un tube de ventoline (associé à une chambre d'inhalation) et ... Oh ! tout à droite, oui, tu as bien vu : le flacon de vitamine D que je n'ai jamais donné (LOL)
Le chat possède son fichier de tatouage, la bouteille d'Emeprid qui doit être périmée (oui, elle l'est ...), le flacon bleu à droite (périmé aussi), les tires tiques et les flacons d'anti-puces (pas périmés, mais ils datent).
C'est bien du coup, ça va me faire faire du tri. Six mois que j'avais pas mis le nez là dedans ! Youhou !
L'homme possède la boite de Doliprane, le tube d'Arnican et le tube de lysopaïne.
Je possède la boite de cétérizine et le tube d'Airomir (dérivé de la ventoline).
Ensuite, dans le lot des trucs qui trainent là mais qu'on ose pas encore jeter, il y à le thermomètre, le grattoir à pied (je sais pas comment ça s'appelle ni même vraiment ce que ça fout là ... j'avais acheté ça, vraiment ?) l'aspi-venin, les ciseaux et les bandages à droite, qui datent de la naissance de Fils, quand il avait les pieds de traviole et qu'on avait dû lui mettre des straps.
Suite à cette photo, j'ai viré l'Emeprid, le flacon bleu, la cétérizine et le grattoir à pieds. Tout ça ira dans un petit sac en papier et rendu à la pharmacie la plus proche pour qu'ils soient recyclés (sauf le grattoir, lui, j'sais franchement, franchement pas quoi en faire - une idée ?)
Pour tout te dire, quand nous survient des petits bobos ou des rhumes, etc... j'ai tendance à soigner tout le monde avec des remèdes naturels. Jusqu'à présent, ça a toujours marché. Il n'y a que l'homme pour rester fidèle aux médicaments, mais son dernier rhume a fini par me donner raison !
Et voici donc mon "labo" à moi :

De gauche à droite : de l'huile de Nigelle, de l'huile essentielle de sauge sclarée, de l'huile essentielle de menthe poivrée, de l'huile essentielle d'origan compact.
Je te précise que je ne suis pas médecin, ni un bouquin d'aroma-thérapie, et que je n'aurais pas la prétention de te dire quoi faire si tu es malade. Je te dis juste ce que j'utilise et qui marche sur moi et ma famille, à titre tout à fait personnel.

L'huile de Nigelle : T'iras regarder en détail sur internet, mais ce petit miracle de la vie s'appelle aussi "cumin noir". Comme je suis allergique aux acariens et poils de chat, ma sœur m'en avait acheté, car cette huile est connue pour ses puissantes propriétés anti histaminiques ; et en effet, dès que je sens venir la crise, j'en bois une cuillère à café, et ça passe dans les 15 minutes. Mais il n'y a pas que ça : j'en ai aussi donné à l'homme pendant son rhume, une cuillère à café matin et soir, et ça l'a vraiment soulagé (par contre, c'est dégueu à boire, car très poivré).

L'huile essentielle de sauge sclarée : ne me sert qu'à moi, quand mes règles sont douloureuses. J'en dilue 3 gouttes dans un peu l'huile végétale, et je me masse le bas ventre avec. En 5/10 minutes, la douleur passe, c'est royal !

L'huile essentiel de menthe poivrée : l'indispensable ! Elle débouche les sinus, les nez, elle est efficace contre les maux de têtes les nausées et contre le mal des transports. Pour m'en servir, je la respire, tout simplement.

L'huile essentielle d'origan compact : je m'en sers en cas de grosse crève (donc pas souvent) ; elle est très puissante (anti bactérienne, anti virale, anti fongique) et doit être utilisée avec précaution, et toujours diluée (une goutte suffit, dans environ 3/4 cuillères à soupe d'huile végétale). En cas de maladie (rhume, bronchite, angine), je masse la zone concernée (thorax, ganglions...). Pour le moment, je ne m'en sers pas sur Fils.

Quand on est patraques, c'est tout bête, mais nous sommes aussi de gros consommateurs de ... miel ! Tant est si bien que dès que Fils voit quelqu'un malade, il lui dit "mange du miel" (l'a même sorti ça à la pharmacienne un matin que son père était parti m'acheter l'airomir pour mon asthme - "Et maman malade, et mié titepé")
Et en cas de bobos, nous utilisons ça :




Argile verte : en cataplasme contre les plaies, les bleus et les bosses. Une fois, j'ai même conseillé à un maman du centre d'en mettre à son fils qui avait un chalazion, et qui avait tout tenté, même l'opération (et sans succès) ; en 15 jours, le gosse avait plus rien.
J'utilise aussi l'argile verte pour faire le dentifrice.

Argile blanche : en cataplasme, contre les brûlures et les coups de soleil ; je m'en suis aussi servi lorsque Fils était un peu irrité aux fesses à cause de la couche.

Huile essentielle d'hélichryse de Madagascar : en complément de l'argile verte, ou seule, contre les bleus, les bosses, les contusions (en fait c'est plus pratique que l'argile, notamment quand il faut se rhabiller ensuite ...) ; il suffit de masser la zone concernée avec quelques gouttes (2 ou 3 pas plus).

Huile essentielle de gaulthérie couchée : contre les douleurs musculaires, en massage, ou contre les aphtes (toujours diluée - 1 goutte ).

Voilà. A terme, je pense ne plus me servir de l'huile d'origan, car elle ne sert pas assez souvent pour justifier son achat. Je pense la remplacer par de l'huile essentielle d'arbre à thé, que j'utilise déjà en traitement des boutons d'acné ou, comme j'ai eu le cas durant ma grossesse, de verrues. L'huile essentielle d'arbre a thé possède aussi de puissantes propriétés anti fongiques et anti bactériennes, en étant moins compliquée à utiliser que l'huile essentielle d'origan. En plus, je m'en sers aussi pour le ménage et le soin du linge.
Disons que si je pouvais réduire l'armoire à pharmacie à une unique boîte de Doliprane, en cas de gros pépin, je serai satisfaite. J'ai encore un peu de chemin, mais c'est en bonne voie !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire